FIC 2018 : vers un renforcement de la coopération nationale et internationale

La 10e édition du Forum international de la Cybersécurité (FIC) s’est tenue en janvier avec pour thème principal la sécurité de l’hyperconnexion.
Un sujet d’actualité tant l’année 2017 a été marquée par des cyberattaques d’ampleur internationale à l’image du ransomware Wannacry qui a paralysé de nombreuses entreprises dans 150 pays. Toutefois, les divers acteurs s’organisent pour lutter efficacement contre ces menaces.

La 10e édition du Forum international de la Cybersécurité (FIC) s’est tenue en janvier avec pour thème principal la sécurité de l’hyperconnexion.
Un sujet d’actualité tant l’année 2017 a été marquée par des cyberattaques d’ampleur internationale à l’image du ransomware Wannacry qui a paralysé de nombreuses entreprises dans 150 pays. Toutefois, les divers acteurs s’organisent pour lutter efficacement contre ces menaces.

Résilience ! Voilà le mot d’ordre qui ressort du FIC 2018 tant le nombre croissant d’objets connectés – près de 20 milliards à l’horizon 2020 d’après Gartner – ouvre le champ des attaques.

Bienvenue dans l’ère de l’hyperconnexion…

… et de l’Internet of Everything : en 2020, le trafic web global devrait atteindre 2,2 Zo et les connexions Wi-Fi représenteront alors 2/3 de ce trafic, porté par les objets connectés et autres appareils mobiles. Conséquence : non seulement l’individu sera lui-même connecté en permanence mais les machines communiqueront également entre elles. Une imbrication et une superposition des réseaux et des infrastructures qui accentuent la vulnérabilité des systèmes : comment en effet assurer l’intégrité de la chaîne lorsque l’un de ses maillons est attaqué ? L’hyperconnexion implique d’adopter une approche systémique de la sécurité impliquant à la fois les individus, les processus et les techniques. Pour y parvenir, l’intelligence artificielle apparaît plus que jamais comme la solution adaptée.

L’Europe dresse un nouveau rempart face aux cybermenaces

Comme dans de nombreux salons dédiés à la cybersécurité, le FIC a rappelé l’importance pour les entreprises de se conformer au nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) qui entrera en application en mai 2018. Les organisations devront notamment obtenir le consentement express et spécifique de l’utilisateur à chaque traitement de données, tenir un registre des traitements et avertir la CNIL en cas de violation de données à caractère personnel. Enfin, elles auront l’obligation de nommer un délégué à la protection des données pour assurer la mise en place et le suivi du RGPD.

La France prend aussi la mesure des menaces

Le RGPD concernera tout le monde, comme l’a rappelé Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique lors de son allocation sur le salon. Et l’Etat doit disposer des outils et de l’innovation pour accompagner les entreprises. Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a déclaré que l’État mettrait en place un plan d’action pour lutter contre la cybercriminalité dans les 5 ans. Ce plan inclut notamment la création d’une agence de cybersécurité européenne, le lancement d’une campagne de sensibilisation aux cyber-risques ou encore le développement de programmes de formation et de sensibilisation aux cyber-menaces.

Le gouvernement envisage par ailleurs de créer 10 000 postes de policiers et de gendarmes dont 800 consacrés à cette « priorité cyber ». Le but de cette décision majeure est d’amener à une prise de conscience collective des Français à travers une collaboration plus étroite entre les institutions publiques, les acteurs de la société civile, régaliens, militaires, privés, et le ministère de l’Intérieur.

Share this