Millenials: une génération clichée

Décrite comme flemmarde et individualiste, la génération Millenials souffre d’une mauvaise image.

Décrite comme flemmarde et individualiste, la génération Millenials souffre d’une mauvaise image.

Décrite comme flemmarde et individualiste, la génération Millenials souffre d’une mauvaise image.

Considérée comme en dehors des normes, les Millenials ont été si épiés qu’ils ont fini par ne plus s’aimer pour 85 % d’entre eux.  En effet, à force d’avoir essayé de les comprendre, et de les décrire, la société a dressé un portrait peu flatteur dans lequel les Millenials ne se reconnaissent pas.

Pour preuve : les jeunes se décrivent comme travailleurs (39 %), responsables (38 %) et généreux (38 %). Pour autant, ils perçoivent leurs pairs, les Millennials donc, comme majoritairement paresseux (30 %), insouciants et égoïstes (20 %).

Les Millenials: Une génération, trois profils

Les Millenials englobent une population d’individus nés à entre 1983 et 2004, et qui partagent un certain nombre de comportements et d’idées.

La génération Millenials s’étale de 13 à 34 ans, et représente 16,5 millions de la population française. Mais les jeunes de 13 ans ont-ils réellement vécu les mêmes choses que ceux de 34 ans ? C’est là que réside la complexité de cette génération, les innovations technologiques et sociologiques des années 2000 ont révolutionné les modes de vie et de communication.

Ainsi, les Millenials représentent une population, mais se segmentent en 3 profils :

  • Les 25-34 ans : les “vieux” Millennials (génération Y). Née entre 1983 et 1992, ils adoptent encore des traits comportementaux de la génération précédente. Ils utilisent leur téléphone pour appeler, se tiennent informés grâce à la presse et ont un intérêt pour des loisirs perçus comme « vieillots » : jardinage, lecture et bricolage. Ils ont connu l’émergence d’Internet, du mobile et des réseaux sociaux.
  • Les 18 – 24 ans : les “jeunes” Millennials (génération Y). Nés entre 1993 et 1999, ils sont plus passionnés de sport et de jeux vidéo que les autres, et passent beaucoup de temps sur le téléphone avant tout pour échanger des messages, jouer, regarder des vidéos ou écouter de la musique.
  • Les 13-17 ans : les “post-Millennials” (génération Z). Aussi accro que les 18-24 ans à leur smartphone, ils en ont à peu près le même usage. Leur particularité : un come-back vers des centres d’intérêts plus traditionnels ; ils apprécient les expos et musées et sont de gros amateurs de radio (les 3/4 l’écoutent tous les jours).

L’adaptation du marketing pour les Millenials

Face à la complexité de cette génération, les marques doivent adapter leur communication et leur marketing à cette génération qui ne consomme pas comme les précédentes.

Contrairement aux idées reçues, les Millenials sont attachés aux valeurs, ils sont en recherche permanente d’authenticité, et ont tendance à se tourner vers des métiers porteurs de sens, comme l’artisanat, où 1 artisan sur 4 est diplômé de l’enseignement supérieur.

Pour 62 % d’entre eux, il est primordial de travailler dans une entreprise dotée d’un « fort impact social et environnemental », et 72 % n’hésiteraient pas à changer de marque si cette dernière ne correspond plus à leur valeur.

Afin de capter et fidéliser cette audience très volatile et exigeante, les marques doivent repenser leur stratégie d’acquisition et de fidélisation, en délaissant leurs vieux réflexes marketings.

Source : Etude réalisée par l’agence La Chose et BVA

Share this